PROJET DE CRÉATION DU CIMETIÈRE PAYSAGER

Mars 2020

Le cimetière paysager de Trébeurden est un projet pour nos défunts. Mais c’est aussi un lieu pour les vivants, où ils pourront se recueillir et s’apaiser, dans un site accueillant et bienveillant, où le symbole du retour à la nature sera très fort. Les familles en deuil doivent s’y sentir considérées et respectées dans lieu de grande qualité. Les personnes en visite doivent s’y sentir comme dans un lieu familier, où il fait bon venir pour se souvenir et vivre aussi l’instant présent.

L’extension du cimetière ou la création du nouveau cimetière est devenue indispensable avec la raréfaction des places en emplacements disponibles dans le cimetière actuel. Même si la réalisation d’une trentaine de places nouvelles par suppression d’une clôture végétale a permis de reculer l’échéance de deux à quatre ans, un nouveau projet devait être élaboré.

Le projet de nouveau cimetière résulte d’une réflexion sur trois critères notamment :

– L’affectation prioritaire d’espaces urbains proches du centre-bourg à la construction d’habitations.
– La préservation des finances communales en évitant l’achat de terrains au prix de parcelles urbaines constructibles.
– Le choix de privilégier un projet résolument écologique, autant par les pratiques funéraires elles-mêmes que par l’aménagement paysager et naturel qui pourrait être retenu.

Le rapport de présentation du projet de nouveau cimetière paysager accessible ici s’inscrit donc dans cette perspective d’une action majeure en faveur de l’écologie et la préservation de l’environnement.

Ce rapport de présentation est accompagné de la synthèse du rapport de projet d’aménagement (élaboré pour la commune par ‘Sens et Paysage’ et ‘Yandra Naturaliste’) et du rapport de l’étude hydrogéologique (élaboré pour la commune par Lithologic).

Le plan d’aménagement, ainsi que les règlements et chartes avec les professionnels funéraires restent à finaliser.

LE NOUVEAU CIMETIÈRE POURRAIT OUVRIR EN 2021


 

Le choix et les conditions d’implantation

La totalité du périmètre dédié aux pratiques funéraires est à plus de 35 mètres de toute habitation, le projet ne requiert pas l’autorisation du Préfet.

Depuis un décret de 2011, les cimetières doivent être créés de préférence sur « les terrains les plus élevés et exposés au nord » de la commune, et certaines caractéristiques géologiques et hydrogéologiques sont également à privilégier ».

  • L’extension du cimetière actuel sur place aurait exigé l’achat de parcelles au prix de terrains constructibles, alors que les terrains achetés par la mairie en face de la zone artisanale, sur la route de Pleumeur-Bodou ont coûté 2,5 €/m². Bien sûr, des surfaces plus importantes ont été achetées mais elles permettront de réaliser le caractère écologique de l’aménagement.
  • L’extension du cimetière actuel aurait nécessité la réalisation d’une étude d’impact environnementale et la mairie aurait dû solliciter l’accord officiel du Préfet. Le terrain retenu a fait l’objet d’un avis favorable de l’hydrogéologue agréé qui a fait l’étude en fonction des caractéristiques géologiques du terrain et de la profondeur de la nappe phréatique.
  • La création du cimetière paysager entraînera une mise en valeur du site proprement dit, ainsi que des sites environnants. Outre le respect de la nature existante, l’aménagement permet la mise en valeur et l’ouverture au public d’un site qui sera aussi un parc. La faune, la flore, les éléments géologiques y seront protégés au mieux et valorisés dans toute la mesure du possible.
  • Comme il est recommandé, la création du cimetière paysager se fait sur des terrains parmi les plus élevés de la commune (plus de 82 m d’altitude pour un point culminant de la commune d’un peu plus de 100 m). Ils sont exposés au Nord Nord-ouest.

Favoriser le développement de nouvelles pratiques funéraires, plus écologiques

L’offre se caractérisera selon les grands types d’accueil suivants :

  • L’enfouissement des cercueils en pleine terre
  • L’enfouissement d’urnes biodégradables
  • La dispersion de cendres
  • L’accueil des urnes en colombarium

Autrement dit, le cimetière paysager, tout en promouvant fortement les pratiques plus écologiques, permettra l’accueil des deux grands modes de funérailles en pratique aujourd’hui, la mise en bière et l’incinération. Dans tous les cas, des inscriptions mémorielles iront au-delà des durées des contrats, sur des ouvrages dédiés et appropriés, bien intégrés dans l’environnement.

L’enfouissement des cercueils

D’ores et déjà, le cimetière actuel accueille des cercueils enfouis en pleine terre (sans caveau) : 6 à 9 inhumations par an. Cette pratique pourra être aisément proposée dans le cimetière paysager, d’autant qu’elle pourra être accompagnée d’un aménagement paysagé (plantations de fleurs, d’arbustes, etc.). Le règlement intérieur du cimetière, proposé aux familles et entreprises funéraires, devra permettre de mettre en œuvre des pratiques plus écologiques.

L’enfouissement d’urnes biodégradables ou la dispersion de cendres, ainsi que l’accueil des urnes en colombarium

Même si l’accueil en colombarium restera possible dans le cimetière paysager, l’enfouissement d’urnes biodégradables ou la dispersion des cendres sera encouragé, notamment par la qualité paysagère des espaces d’accueil (arbres familiaux).

La dispersion des cendres

La très belle carrière aménagée en naturel sera un jardin du souvenir, pour l’accueil des cendres.

Satisfaire les besoins

L’offre nouvelle

L’offre dans le cimetière paysager permet de satisfaire la demande pour les modes nouveaux que sont l’enfouissement d’urnes biodégradables, que ce soit en espace naturel ou couplé à un arbre familial, ainsi que le développement de la pratique d’enterrement de cercueils en pleine terre dans un espace paysager.

Ainsi, avec une offre de plus de mille emplacements et un renouvellement des contrats d’occupation géré en temps réel, pour un besoin total d’environ 65 places par an, le cimetière paysager est conçu pour plus de 50 ans. Ce nombre ne prend pas en compte quantitativement le mode dispersion des cendres qui peut aller en se développant dans un aménagement et une organisation permettant de conserver la mémoire des défunts (plaques par exemple). Par ailleurs, le renouvellement peut s’avérer prendre une ampleur non connue dans le cimetière actuel puisque le principe de biodégradation est encouragé.

Règlement intérieur et charte

La création d’un règlement intérieur au service des familles et d’une charte avec les entreprises funéraires

Le règlement intérieur au service des familles sera élaboré dans l’esprit de favoriser les pratiques écologiques, notamment dans les conditions d’utilisation des services offerts à l’intérieur du cimetière.

La charte en direction des entreprises funéraires sera élaborée dans l’esprit, là aussi, de favoriser les pratiques écologiques. Elle sera élaborée en concertation avec les professionnels concernés.

Aménagement du cimetière paysager et équipements indispensables au fonctionnement

L’aménagement du cimetière paysager fait l’objet de propositions de la part du bureau « Sens et Paysage » dans son rapport bientôt disponible sur www.trebeurden.fr. Les équipements indispensables au fonctionnement du cimetière paysager sont les suivants : stationnement, locaux d’accueil et de service, points d’adduction d’eau, tri sélectif, lieu de compostage, etc.

L’aménagement et le fonctionnement du cimetière paysager seront conçus pour minimiser les travaux d’entretien. Par ailleurs, les familles pourraient signer des contrats d’entretien avec la commune ou avec des artisans. Enfin, des partenariats pourraient être noués avec les artistes et professionnels locaux (fleuristes, etc.).

L’aménagement du cimetière paysager et l’étude hydrogéologique

L’étude hydrogéologique a été élaborée pour la commune par Lithologic, entreprise agréée. Les résultats ont été pris en compte dans la mise au point des orientations proposées par le rapport de Sens et Paysage, notamment pour ce qui est de la compatibilité des différents modes funéraires envisagés avec la hauteur de la nappe phréatique.

Les principes et des propositions d’aménagement d’un cimetière naturel écologique, dit « paysager » sont fait dans le rapport des bureaux d’études « Sens et Paysage » et « Yandra naturaliste ». Les propositions s’appuient sur un paysage existant de lande, bois, talus classés et prairies comprenant une flore (dont les arbres) qui sera préservée au mieux, et enrichie par de nouvelles plantations.

 

La faune y trouvera son compte même si le cimetière devra être préservé des animaux susceptibles de provoquer des dégâts (sangliers par exemple) ou d’inquiéter les personnes.

La première mesure concrète sera de réaliser les bases de la clôture, par ailleurs réglementaire, sur le principe de talus paysagers et plantés, sur lesquels sera implantée une barrière légère.


EXEMPLES DE CIMETIÈRES PAYSAGERS